Sunday, March 30, 2008

More translation help needed:

I need this translated also:

Pour avoir tenu des propos désobligeants à l'endroit de ses supérieurs hiérarchiques, au cours d'une réunion à l'Ambassade de France la semaine écoulée, le Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Claudy Gassant, a reçu une lettre blâme du ministère de la Justice et de la sécurité publique.

Le secrétaire d'Etat à la réforme judiciaire, Daniel Jean, qui a paraphé la lettre de blâme en date du 19 mars, a fait état des écarts accumulés par le chef du Parquet de Port-au-Prince. « Tout écart administratif d'un commissaire du gouvernement est passible de sanction allant de simple rappel, blâme, mise en disponibilité sans solde, à la révocation », a rappelé dans la lettre le secrétaire d'Etat au concerné, a rapporté radio Kiskeya sur son site internet.

Le pouvoir de Me Gassant a été ainsi délimité dans cette lettre. Un commissaire du gouvernement ne vient qu'en 5e rang après le ministre, les secrétaires d'Etat, le directeur général, le directeur des affaires judiciaires, a souligné M. Jean dans sa lettre de blâme.

Il a été également porté à la connaissance de Me Claudy Gassant que « les Commissaires du gouvernement, les chefs de Parquet et substituts sont égaux, sauf que les commissaires en chef sont, en plus, chargés de l'administration et de la distribution des dossiers au niveau de leur Parquet respectif et s'assurent du bon fonctionnement des greffes des tribunaux de 1ère instance et de Paix de leur juridiction propre » .

Comme pour rappeler à Me Gassant les limites de ses prérogatives, le décret du 22 août 1995 sur la hiérarchisation du pouvoir judiciaire a été évoqué dans la lettre. Ainsi, le commissaire du gouvernement n'a aucun pouvoir disciplinaire sur les substituts.

Le secrétaire d'Etat à la réforme judiciaire en a profité pour informer le Commissaire du gouvernement qu'aucun écart ne restera impuni. De ce fait, cette lettre de rappel est jointe à son dossier personnel.

Suite à un conflit entre autres avec le chef de la PNH, Mario Andrésol, en décembre de l'année dernière, Me Claudy Gassant avait été déjà menacé par le chef du gouvernement, Jacques-Edouard Alexis, lors d'une rencontre entre les membres de la Commission justice et sécurité publique du Sénat et le Conseil supérieur de la police nationale (CSPN).

« Le Premier ministre était sorti de son silence et devait déclarer que des mesures administratives qui s'imposent seront adoptées à l'encontre du chef du Parquet ainsi qu'au directeur général de la police nationale si ces derniers n'arrivent pas à s'entendre ». Par cette mise en garde, le Premier ministre, Jacques-Edouard Alexis ne passait pas par quatre chemins pour déplorer le différend opposant le numéro un du Parquet du Tribunal civil de Port-au-Prince, Me Claudy Gassant, au Directeur général de la PNH, Mario Andrésol.

Me Gassant a été perçu comme un monstre par le Sénat de la République pour avoir boudé une invitation de la commission Justice et sécurité du Grand corps en août de l'année dernière, alors que son supérieur hiérarchique, le ministre de la Justice, René Magloire, l'attendait impatiemment à cette rencontre
Robenson Geffrard

9 comments:

Tim & Sarah said...

here goes this one:

To have held the derogatory purposes towards his hierarchic superiors, in the course of meeting in the Embassy of France the past week, the Government Commissioner of Port-au-Prince, Miss Claudy Gassant, received a letter criticize of the Ministry of Justice and the public security.

The Secretary of State in judicial reform, Daniel Jean, who initialed the letter of criticism of March 19th, mentioned distances collected by the leader of the Public Prosecutions of Port-au-Prince. « Everything

Tim & Sarah said...

Miss Claudy Gassant also advised about it that « the Government Commissioners, the leaders of Public Prosecutions and substitutes is equal, except that the chief commissioners are loaded, on top of that, with the administration and with the distribution of files at the level of their respective Public Prosecutions and make sure of the good functioning of the offices of the Clerk of the Court of the courts of 1st authority and Peace of their clean jurisdiction

Tim & Sarah said...

This should go in right after Everything:

Any administrative distance of a government Commissioner is punishable by sanction going of simple recall, criticizes, made available without balance, in revocation », reminded in the letter the Secretary of State in the concerned, brought back radio Kiskeya on his Internet site.

Tim & Sarah said...

As if to remind Miss Gassant of the borders of its prerogatives, the decree of August 22nd, 1995 on the organization into a hierarchy of judicial power was recalled in the letter. So, the government Commissioner has no disciplinary power on the substitutes.

Tim & Sarah said...

The Secretary of State in judicial reform was of benefit there to inform the Government Commissioner that no distance will remain unpunished. Because of this or that this letter of recall is reached with its personal file.

Tim & Sarah said...

Further to a conflict between others with the leader of the PNH, Mario Andrésol, in December of last year, Miss Claudy Gassant had been already threatened by the head of government, Jacques-Edward Alexis, during a meeting between the members of the Commission justice and public security of the Senate and the upper Council of the national police force (CSPN).

Tim & Sarah said...

The Prime minister had gone out of his silence and had to declare that administrative measurements which are obvious will be adopted contrary to the leader of the Public Prosecutions as well as to the managing director of the national police force if these last do not succeed in agreeing ". By this warning, the Prime minister, Jacques-Edward Alexis did not pass by four ways to deplore the disagreement comparing the number one of the Public Prosecutions of the civil Court of Port-au-Prince, Miss Claudy Gassant, to the Managing director

Tim & Sarah said...

Miss Gassant was received as a monster by the Senate of the Republic to have avoided an invitation of the commission Justice and security of the Big body in August of last year, while his hierarchic superior, minister of Justice, René Magloire, waited for it impatiently on this meeting
Robenson Geffrard

Tim & Sarah said...

This was like greek to me, but I hope it helps. I went to this site for the translation:

http://translation2.paralink.com/